• Voilà plus d'une période que j'ai introduit diverses assises dans ma classe (debout, ballon, galette, élastiques, pupitres au sol, Z-Tool, tapis de yoga, table basse...). Je ressens le besoin de faire un petit bilan de l'évolution de la classe.

     

    Tout le monde a trouvé son spot!

    Dans un premier temps, j'ai laissé tous les élèves faire le tour des diverses assises et un premier bilan de ce qu'ils ressentaient. Très vite, certains élèves ont accepté l'évidence: certaines assises n'étaient pas faites pour eux. Le ballon ne leur convenait pas, la position agenouillée non plus. Mais ils ont tous trouvé LEUR spot, même mon élève TDAH qui adore aller s'isoler seul dans un coin caché avec un plaquette. 

    Avoir trouver son spot, cela ne veut pas dire s'approprier l'endroit personnellement. Chaque enfant continue de s'inscrire à chaque changement d'activité (cf l'article sur le tableau d'affichage) en fonction de ses besoins et de ses envies du moment.

     

    Vers un travail en demi groupe

    Cela fait deux ans que je propose un travail en atelier et plan de travail. Jusqu'ici, j'avais des temps dédiés à ces activités (4 fois 30 minutes par semaine), afin que tout le monde puisse rebrasser les notions vues en classe sous forme de petits jeux. 

    J'ai revu un peu cette organisation, surtout au niveau des mathématiques. Depuis quelques semaines, j'ai séparé ma classe en deux groupes homogènes. Un groupe travaille avec moi pour découvrir ou approfondir une notion, tandis que l'autre groupe manipule grâce à des cartes à tâches.

    J'ai actuellement 25 élèves. J'ai fait un groupe de 11 élèves et un de 14 élèves. Il a fallu trouver comment m'organiser en classe pour avoir mes 14 élèves prêt de moi. 

    J'étais partie pour mettre en place le fameux U devant le tableau, celui testé par Maisquefaitlamaitresse et MaitresseAurel. Hors, un U de 14 tables, cela mange carrément l'espace de la classe. Je ne me sentais plus dans ma classe et j'ai donc vite remis mes ilots en place.

     

    J'ai ensuite essayé de recréer un demi cercle d'élèves devant le TBI avec tout le matériel que j'avais (Z-Tool, pupitres, plaquettes...).

    Bilan au bout de trois mois de mise en place

    Le résultat est plutôt pas mal. Idéalement, j'aimerai posséder 15 Z-tool Afin d'organiser mes élèves en vrai demi-cercle (voir 3/4 de cercle).

    Dernière possibilité: Utiliser l’îlot central et quelques Z-Tools pour faire une tablée de 14 élèves. Mais cela reste beaucoup...

     

     

    Une classe, plusieurs modalités de travail possibles:

    C'est cela que j'aime dans cette nouvelle classe, la possibilité de travailler selon plusieurs modalités assez rapidement.

    Mon fonctionnement: première semaine

     

    Les séances traditionnelles: On commence au coin regroupement pour un rappel ou une découverte de la notion. Puis chacun va s'installer à son spot pour son travail individuel. Je m'installe à l'ilot central (marron) et les élèves en difficulté ou qui en ressentent le besoin, viennent chercher de l'aide avec un travail plus guidé (on lit les consignes ensemble, on cherche ensemble, on fait ensemble). Quand tout le monde a fini (ceux qui sont en avance aident leurs binômes, prennent un livre ou travaillent sur un atelier laissé à leur disposition) on corrige ensemble ou on se retrouve en coin regroupement pour faire le point.

     

    Les séances ateliers: J'ai des boites d'ateliers (comme ma boite à multiplication) qui contiennent 6 ou 7 ateliers de manipulation sur une notion. En coin regroupement, je présente les divers ateliers et place un atelier par ilot (+ table basse + table haute + coin regroupement). Chaque élève s'inscrit au tableau vidéo-projeté qui ressemble à cela:

    Bilan au bout de trois mois de mise en place

    Au bout de 10 minutes, on change à nouveau. Tous les enfants travaillent la même notion mais avec des outils différents. Je suis les avancés de chacun grâce à leur carte de suivi d'atelier. Je suis moi-même à un îlot, ce qui me permet d'observer les élèves de de noter les difficultés ou les réussites de chacun. 

     

    Les séances guidées /manipulations: Que j'expérimente en mathématiques et surement en Grammaire/Conjugaison l'année prochaine.

    Cependant, on m'annonce 28 élèves pour l'année prochaine (cry), je pense donc fonctionner avec trois groupes avec des temps de 20 minutes sans compter les rotations. J'aimerai faire un groupe guidé avec moi, un groupe de manipulation en binome avec les cartes autonomes et un groupe sur des ateliers individuels.  J'ai déjà tout ce qu'il faut, il n'y a plus qu'à...

     

    Les 4 au quotidien: Chaque jour, nous faisons 20 minutes d'ateliers ciblant la lecture et l'orthographe. Là encore les enfants s'inscrivent selon leur envie du moment. Il faut, cependant qu'il réalisent les 5 ateliers dans la semaine.

    Côté organisation, elle est fixée depuis le début d'année:

    Le centre des mots se trouve à l’îlot rouge, la fluence (lecture aux autres) à l’îlot marron avec moi, la lecture à soi (plaisir ou rallye) à l’îlot noir ou sur des tapis prêt de la bibliothèque, le coin écoute d'histoires est notre coin regroupement. Le matériel de chaque activité est rangé dans des paniers que les élèvent sortent au moment des activités. (voir la rubrique les 5 au quotidien)

    Pour la petite information, la production d'écrit est gérée par mon collègue.

     

     

    Une réorganisation de mes placard s'impose!

    Pour que tout le monde puisse s'y retrouver, je dois réunir le matériel de mathématiques dans un meuble dédié, celui des 5 au quotidien aussi. Du tri en perspective...

     

    Pin It

    9 commentaires
  • Avec ma collègue Malex, cela fait un moment que l'on s'en parle de cette classe flexible! Elle a donc tout naturellement rejoint le mouvement cette semaine. Voici un aperçu de sa classe.

     

    N'hésitez pas à lui poser des questions!


    5 commentaires
  • Il fallait se douter que ce système aurait aussi ses failles, hein?

    Cela fait 15 jours que mes élèves changent trois à six fois de place dans la journée (plus leur place de référence) et j'ai noté quelques petits problèmes dans mon organisation. Je vous les livre, vous aurez peut-être une astuce ou une autre façon de cogiter...

     

    L'aide aux élèves en difficulté

    J'avais pour habitude de regrouper les élèves en difficulté sur une notion sur un même îlot (de 4 à 8 élèves). Je les avais sous le coude, je pouvais vérifier, aiguiller, conseiller très facilement, laissant les autres avancer à leur rythme sur les exercices proposés.

    Avec la classe flexible, les élèves en difficulté sont éparpillés dans la classe (debout, par terre, assis sur un ballon...) et j'ai du mal à aller tous les voir pour les aider. 

    Pour parer à cela, je leur indique, en début de travail individuel, que je m'installe sur l’îlot central (8 places). Cet îlot est le seul que je n'ai pas transformé. Il reste classique, avec des tables et des chaises. Il est donc totalement déserté par les élèves qui, pour l'instant, sont totalement attirés par les autres positions (comme je les comprends). 

    Du coup, je me retrouve avec des travaux bourrés d'erreurs. Vous me direz, je sais alors vraiment qui a compris la notion ou pas... Mais je ne fais pas avancer mes petits loulous en difficulté...  

     

    J'ai décidé, pour l'instant, de laisser faire. J'explique cependant aux élèves qui se sont trompés qu'ils se sont trompés, pourquoi et je leur suggère de venir travailler avec moi à la séance prochaine. Si je ne vois pas arriver mes petites troupes dans la quinzaine qui arrive, j'ai bien peur de devoir "imposer" mon aide. Je crains qu'ils  ne se sentent privés de leur droit à la classe flexible et qu'ils ne s’engagent plus dans le travail de façon volontaire (j'ai de sacrés petits boudeurs cette année)...

     

     

    Le petit matériel

     

    Chaque élève de ma classe a un pot (crayon gris, stylos bleu, vert, rouge, colle, feutre d'ardoise, gomme, ciseaux) avec du materiel qui lui est propre. Il possède aussi une trousse dans laquelle il range ses feutres et ses crayons de couleurs. Au centre de chaque ilot trône une baquette où l'on range les pots des enfants de l’îlot et un pot en verre contenant un taille-crayon.

    Les enfants emportent leur pot quand ils changent de place. Très vite, nous avons décidé d'ajouter les crayons de couleurs (uniquement les couleurs de base, pas les bleus verts, les violets clairs, mauves foncés... Certains enfants avaient plus de 27 crayons de couleurs....) car je fais beaucoup colorier mes élèves dans leurs travaux.

    Je me suis aperçue qu'ils se levaient régulièrement pour aller à l'îlot le plus proche tailler leur crayon. Ils le font silencieusement mais cela reste quand même une perte de concentration et de temps pour eux et pour ceux qui les entourent. J'ai disposé des taille-crayons sur la table basse, sur la table pour travailler debout mais ceux qui travaillent par terre ne sont jamais à une place fixe.

    J'ai donc de problème de taille-crayons à résoudre. Peut-être en en achetant un par élève (chouette, des dépenses, cela faisait longtemps...)

     

     

    Chaussons ... ou pas?!

     

    Naturellement, les enfants qui utilisent la table basse, comme ils sont sur des coussins, se sont déchaussés. Cela vient d'eux, pas de moi. Mais j'ai trouvé l'idée excellente. On est plus confortable en chaussons (surtout les jours de froid et de pluie, quand les chaussettes sont mouillées...). La classe est aussi plus propre quand les enfants sont en chaussons. Ce qui est plutôt interessant quand un 1/3 des enfants travaillent par terre...

    Cependant, deux choses ont vite freiné mes envies de chaussons: 

    - les élèves qui ne sont toujours pas autonomes face à leurs chaussures (tu peux me faire mes lacets? Tu peux me défaire mes lacets?...)

    - les enfants qui puent des pattons (je ne vous parle pas du petit fumé, je vous parle de l'infection horrible qui vous prend à la gorge).

     

    Sans compter que ce sont trois changements de chaussures/chaussons dans la journée...

    J'ai donc dit aux enfants qu'ils pouvaient apporter une paire de chaussons fermés (pas de claquette, pitiéééé...) uniquement s'ils savaient mettre leurs chaussures seul et rapidement. Je n'impose rien, je vais gérer au fur et à mesure...

     

     

    Mon petit élève avec des troubles du comportement...

    A la base, la classe flexible, je l'ai réfléchi pour lui.

    Impossible pour lui de s'asseoir sur ses fesses plus de 5 minutes, ses affaires sont dispersées par magie dans toute la classe au bout de 30 minutes de classe, il tombe de sa chaise, il a beaucoup du mal à passer à l'écrit, prend beaucoup de place au coin regroupement, même pendant la lecture d'histoire.

    La classe flexible, c'était pour lui donner un peu d'air, un moyen pour lui de changer de position sans que je lui fasse de remarque.

    Et bien, cette classe flexible, cela n'a pas du tout eu l'effet attendu... Mon élève s'est retrouvé avec trop de choix. Le choix de choisir et trop de possibilité. Je l'ai perdu. Il choisit plus sa place en fonction des copains qu'en fonction de ses besoins. (Il a besoin de ses copains, me direz-vous). L'AVS qui l'accompagne 15h par semaine est en arrêt pour encore une semaine, du coup, il ne produit rien à l'écrit. J'ai du le changer plusieurs fois de place car il bavardait plutôt que de se mettre au travail. Il a testé toutes les positions mais dur dur de tirer quelque chose de positif de tout cela.

    Après, nous  sommes au début de cette grande aventure...

     

     

    Comme vous pouvez le lire, beaucoup de ....  La classe flexible appelle le questionnement. Certains collègues de l'école testent aussi des choses, j'essayerai de vous faire un petit topo la-dessus.

    En attendant, si vous avez des astuces, des solutions, je suis preneuse...

     


    11 commentaires
  • Ça y est, j'ai enfin hébergé ma vidéo sur YouTube ! J'avoue qu'avec les vacances, je fonctionne en mode escargot  ...

     

    Voici donc ma classe installée en mode flexible.

    Il y a une mauvaise information dans la vidéo : les places au fond, au niveau des ordinateurs, sont des places debout

     

     

    Il y a encore quelques réglages à faire :

    - desencombrer au maximum ma classe. J'ai beaucoup accumulé en 10 ans... Impossible cependant de stocker ailleurs que dans ma classe, il n'y a pas de local disponible ou de couloir assez grand pour y mettre une armoire 

    - délimiter mon coin regroupement (ou pas... )

    - finalement je vais garder les ordinateurs car ils seront toujours à disposition de mes élèves  contrairement aux  tablettes que l'on partage avec 17 autres classes  


    3 commentaires
  • Voici un petit document afin que les enfants puissent garder une trace de leurs ressentis face aux assises de la classe flexible.

    Je pense que je leur demanderai d'écrire quelques mots, au dos de la feuille, quand cela s'est mal passé.

    Observations des élèves autour de la classe flexible

    Télécharger « Mes observations sur la classe flexible.pdf »

    Pin It

    2 commentaires
  • Voici un petit document pour expliquer aux parents ce qu'est la classe flexible. Ils auront des questions, c'est tout à fait légitime. Peut-être même que certains parents seront totalement opposés à ce que leurs enfants participent à ce grand changement. A nous de trouver les bons arguments, à être rassurants ^^

    Contrat élève et mot aux parents

    Télécharger « la classe flexible expliquée aux parents.pdf »

     

    J'ai aussi rédigé un contrat pour mes élèves, pour qu'ils se sentent engagés et qu'ils comprennent que la classe n'est pas devenue une cour de récréation.

    Contrat élève et mot aux parents

    Télécharger « Classe flexible contrat.pdf »

     

    Ces deux documents sont un mix de choses trouvées sur TeacherPayTeacher. N'hésitez pas à me faire rajouter des choses si cela vous semble indispensable.

    Pin It

    13 commentaires
  • Je commencerai cet article en avouant que je n'ai lu aucun livre pédagogique sur le sujet. J'ai visité beaucoup de sites et de blogs, discuté via FB avec des enseignantes qui souhaitaient passer à la classe flexible, regardé beaucoup de photos, visiter pour la énième fois mon Suédois préféré en me disant "cela pourrait aller dans une classe flexible?".

    Je n'ai donc aucune légitimité. Je teste, je tente, peut-être même que je sacrifie (arf) mais j'ai envie de croire en ce dispositif.

     

    Mon constat:

    Beaucoup d'enfants n'arrivent plus à se tenir assis sur leur chaise. Ils doivent bouger pour mieux se recentrer. C'est comme cela. Menacer d'une punition n'y fait rien. Alors il y a le "sage" qui bouge mais sans rien dire, donc on ferme les yeux ou on rappelle gentiment à l'ordre. Et puis il y a le "casse-pied", celui qui bouge et envahit tout l'espace de la classe, qui se jette sur le premier stylo qui tombe, qui court à la poubelle vider sans cesse son taille-crayon, qui se balance et se casse la figure. 

    Je stéréotype volontairement. Nos élèves, qu'ils soient en situation de réussite ou en grande difficulté, ont besoin de bouger. Rester sur sa chaise 5h par jour, ce n'est plus possible et cela se traduit par des séances entrecoupées de "Rassis-toi, tiens-toi droit, remonte sur ta chaise, écouuuuuttttttteeeee"...

     

    Ma vision de la classe flexible

    J'ai lu sur certains blogs que la classe flexible s'accompagnait d'un travail en atelier.

    Pour ma part, même si je travaille 20 minutes par jour en atelier (les 5 au quotidien), j'ai quand même un fonctionnement de classe plutôt traditionnelle. Au coin regroupement (je ne pourrai plus enseigner sans le coin regroupement...), on découvre ou on revient sur la notion, on débat, on discute, on argumente, on met en commun... Vient après le travail individuel (parfois par binôme) fait à sa place. C'est à ce moment-là qu'intervient la classe flexible. Chaque enfant va pouvoir choisir où il va passer ses 20 minutes de travail individuel. Il attrape son pot et son cahier (ou sa fiche) et s'en va rejoindre son "spot" (j'adore ce mot).

    Donc, dans ma vision de la classe flexible, chaque enfant peut effectuer la même tâche, mais tout simplement en n'étant pas assis de la même façon.

     

    Classe flexible tout le temps?

    Dans ma classe, c'est non. J'ai souhaité conserver les casiers de mes élèves. Je veux aussi que chacun de mes loupiots ait une place assise "pieds au sol" (pour différencier avec assis au sol) pour les moments d'écriture et de geste graphique.

    De plus, je travaille actuellement à 80%. Mon binôme ne souhaitant pas travailler en flexible, nous rangerons les galettes et les ballons pour son jour et nous remplacerons les ballons par des tabourets (empilés dans la classe, ils ne prennent guère de place).

     

    Donc, le matin, nous entrons en classe avec nos cartables et chacun va s’asseoir à sa place, sa place à son bureau, sa place d'avant la classe flexible. Donc, à ce moment là, chaque enfant a une place désignée, attribuée, choisie par MOI! Les enfants accrochent leur cartable au crochet de son casier, écrivent leurs devoirs, font leurs rituels grâce à la pochette qui se trouve dans leur casier. 

    L'emploi du temps est affiché au tableau, les enfants savent ce qui va se passer après les rituels. J'ai fermé les spots qui ne sont pas adapté à l'activité (exemple, s'il faut copier un exercice au tableau, je ferme les places debout qui tournent le dos au VPI).

    Vient le moment de l'inscription: les responsables du jour (voir cet article) viennent s'inscrire, puis ceux du jour suivant et ainsi de suite. C'est le moyen que j'ai trouvé pour éviter la foire aux empoignes, pour que chacun puisse choisir une fois par semaine en priorité son spot. 

    Pour l'instant, nous sommes vraiment en période de rodage, chaque enfant doit essayer plusieurs fois les différents spots pour se faire une idée de ce qui lui convient ou pas.

     

    Aucun texte alternatif disponible.

    Voici l'affichage dont je me sers pour l'inscription. Chaque enfant a un numéro. C'est imprimé sur du papier aimanté.

    Télécharger « Affichage pour s'inscrire.pdf »

     

    Voici mon plan de classe. Mon VPI est la zone noire associée au coin regroupement.

    Mon fonctionnement: première semaine

     

     Les enfants prennent leurs matériel personnel (pot à crayons et cahier ou fiche) puis vont à leur spot.

    Quand le travail individuel est fini, on range son spot et l'on revient à son bureau. On rebasculera en classe flexible au prochain travail individuel. A ce moment-là, il y aura une nouvelle inscription car notre corps aura sûrement besoin d'autre chose.

     

    Les règles

    Il en faut en classe flexible. Parce que la classe flexible, cela a un côté ludique. Pour l'instant, mes élèves sont sérieux. Ils ont compris la confiance que j'ai mis en eux. Leur laisser le choix, les laisser choisir. Seul un élève (celui qui a des troubles du comportement, celui qui devrait être le plus concerné par ce système) n'arrive pas à trouver son équilibre.

    Cependant, je suis lucide, je sais que ce calme est aussi dû à la nouveauté. Donc, je fais de la prévention tous les jours en rappelant les 5 règles de la classe flexible.

    Aucun texte alternatif disponible.

    Télécharger « CLASSE FLEXIBLE Regles.pdf »

     

    Et il va falloir réfléchir à...?

    - quand les enfants ont fini leur travail. Je ne souhaite pas qu'ils aillent fouiller dans leur casier, donc, pour l'instant, ils lisent. Mais je vais réfléchir à autre chose.

    - un mot pour parler de tout cela aux parents. J'ai déjà eu une réflexion de maman marquant la curiosité et s'inquiétant de l'assise de son enfant. Je comprends son inquiétude et je souhaite répondre à leurs interrogations. Ça y est, j'ai pondu un petit quelque chose ici.

    - une fiche d'observation pour les enfants afin qu'ils puissent écrire leurs ressentis face aux spots afin de les choisir plus efficacement.

    - comment convaincre mes collègues et vous tongue!

     

    Pin It

    26 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique