• Classe flexible

  • Des changements, des déconvenues, du bonheur!

    Voici comment j'aurai dû titrer cet article finalement...

    Bon, 20 jours de classe se sont écoulés depuis la rentrée (et oui, nous sommes encore à 4 jours et demi ici) et je suis en mesure de dresser un premier bilan. 

    Résultat de recherche d'images pour "bilan"

     

    Des changements

     

    Sur l'aménagement de la classe:

    Pour ceux qui me suivent un peu, vous savez que l'année dernière, je pratiquais la classe semi-flexible. Mes élèves avaient une place de référence dans la classe et ils ne changeaient de place que trois fois dans la journée. J'avais donc un bureau avec casier pour tous mes élèves. Cependant, je voulais augmenter la place au sol, ayant remarqué que celui-ci attirait/convenait à beaucoup de mes élèves. 

    Cette année, j'ai donc sauté le pas et conservé uniquement 9 bureaux traditionnels. Les autres ont été remplacés par un bar haut construit par mon Homme, un îlot rond de 6 places fourni par la Mairie et une table basse de maternelle. Si l'on rajoute à cela les 4 plateaux "petit déjeuner", les 5 Z-tools, les 4 places debout, les 4 plaquettes à utiliser sur ses genoux, dos au mur, mon bureau... Cela fait plus de 40 places potentielles pour 26 élèves. Car, pour éviter les conflits, pas de miracle, il faut du choix! Sinon, c'est comme un jour de solde, cela se termine en cahot total.

    La Mairie m'a commandé des meubles à tiroirs afin de se substituer aux casiers des élèves. Dedans, ils y mettent leur classeur et leur trousse de feutre. Tous les cahiers sont stockés par pile et je continue à fonctionner avec des pots individuels en gage de trousse pour mes élèves.

    Ma remarque: finalement, je m'étais voilée la face l'année dernière, convaincue que je ne pourrais pas me lancer sans ses fameux meubles à tiroirs. Bien sûr que j'aurai pu faire sans: 4 petites caisses pour les trousses et une étagère pour ranger les classeurs auraient suffit. Cependant, les élèves apprécient d'avoir un petit coin à eux dans la classe.

     

    Sur la gestion du petit matériel

    - Cette année, j'ai mis les ardoises des enfants dans une caisse en leur expliquant que leurs ardoises deviendraient les ardoises de la classe. J'ai instauré cela afin d'éviter le temps perdu de la distribution. Mais quelle idée!!! Comme ils sont attachés à leurs petites affaires. Ils ont beaucoup de mal à partager. Certains parents avaient déjà inscrit le prénom de leur bambin sur l'ardoise, ce qui n'arrange pas les choses... A part deux enfants, l'ardoise était neuve en ce début d'année.

    Ma remarque: à la fin de l'année, je demanderai aux parents s'ils acceptent de faire don de l'ardoise à la classe. Ainsi, j'aurai un stock d'ardoises (qu'il faudra compléter par une commande je pense) pour mes futurs élèves. 

     

     boîte de rangement heidrun 10 l

    - J'ai acheté les fameuses caisses de chez Action afin de ranger tous mes cahiers. Ces caisses sont de plusieurs couleurs (4 à ma connaissance), ce qui permet d'avoir une couleur de référence pour chaque sorte de cahier. Une belle étiquette et le tour est joué.

    Les enfants déposent ainsi  leur cahier dans la caisse près de la porte avant de ranger leur cartable dehors. On redistribue quand on en a besoin.

     

    - Les cartables sont enfin dehors, dans le couloir. J'ai un très petit couloir, partagé avec 5 autres collègues, avec beaucoup de passage. Il faut donc que les cartables soient parfaitement rangés afin d'éviter les accidents. Il y a un nouveau métier dans ma classe pour le coup: le responsable des cartables. 

    Le fait de laisser les cartables dehors a vraiment libéré de l'espace autant physique que visuel, dans la classe.

     

    - Je n'ai pas encore osé me lancer dans le matériel commun. Quelle maîtresse frileuse je fais! ^^

     

    Sur le tableau d'inscription

    Exit le tableau d'inscription cette année. Les enfants, quand on change de place, choisissent où ils vont en fonction de leur envie et besoins. Cela se régule tout seul. Ils savent qu'il y aura au moins 6 rotations dans la journée, ils ne sont donc pas inquiets.

    Pas de bagarre pour les ballons (d'ailleurs ils sont parfois libres), pas de course pour attraper la Z-Tool ou grimper sur les chaises hautes. Pourvu que cela continue...

    Ma remarque: j'ai dû séparer deux petites filles qui s'asseyaient en fonction l'une de l'autre (leur besoin commun était de papoter ensemble happy). Elles doivent maintenant ne plus s'installer l'une à côté de l'autre sauf le matin pour les routines.

     

     

    Des déconvenues

     

    Les collègues

    Tellement emballée par mon projet de classe flexible, je n'ai pas vraiment pensé à mes collègues. J'ai investi beaucoup d'argent personnel dans ma classe pour la transformer. Ainsi, je me suis substituée à la Mairie qui devrait équiper (dans un monde merveilleux et parfait) toutes les classes en fonction de la pédagogie des professeurs. Certains collègues ne peuvent pas ou ne souhaitent pas mettre de leur poche dans leur classe. C'est normal! On travaille pour gagner de l'argent, pas pour en dépenser! 

    Bref, quand on se lance dans une classe flexible, soit en investissant de l'argent, soit en faisant de la récup, on ouvre la porte à ce genre de choses et de réflexions, il faut le savoir.

    Il m'a été reprochée d'avoir transformer ma classe en "vitrine pour les parents". A cela, je réponds NON. Une classe flexible n'est, en aucun cas, une "expérience pour plaire aux parents". C'est un fonctionnement de classe réfléchi pour les élèves. Classe flexible ne veut pas dire "déco de classe"... Et, entre nous, la déco de classe, on peut la faire sans être en classe flexible!

     

    Le bruit

    La classe flexible, c'est, certes, une classe, mais une classe où il souffle un petit vent de liberté. "Quoi, on peut s’asseoir où l'on veut maîtresse? Quoi, on peut travailler là-dessus maîtresse? Quoi, on va sortir des dès pour faire de la grammaire maîtresse?".

    Et certains loulous sont complètement déstabilisés face à cette liberté. Et ont tendance à en profiter...  Il faut donc faire preuve de patience (ou pas... j'avoue que je crie aussi bad) et ne pas hésiter à interrompre les séances pour reformuler les attentes.

    Cependant, en circulant dans la classe, quel plaisir de les voir discuter ... du boulot! Certains sont très pertinents. 

    Ma remarque: pour certains séances, j'indique aux enfants que j'apporte mon aide à la"table à aide".Je peux aider jusqu'à 8 enfants en même temps. J'attends des 18 autres élèves qu'ils soient extrêmement silencieux.

     

    Je n'ai pas encore commencé le travail en demi-groupe pour les mathématiques (un groupe avec moi et un groupe en autonomie sur des cartes à tâche) et j'appréhende vraiment ce moment...

     

    Les chaussons

    Pour des soucis d'hygiène, cette année, les loulous rentrent en classe en chaussons ou pieds nus.

    Mais, mon dieu, comme on perd du temps!!!! cry  Et pourtant, je n'ai pas de souci de lacets pour l'instant. Il faut dire que pour certains, enlever ses chaussures, prendre ses chaussons dans son sac et mettre ses chaussures à la place, cela peut prendre jusqu'à 7 minutes (chrono en main!). 

    Alors, pour l'instant, je ne lâche rien, je pense qu'ils vont être de plus en plus efficaces mais certains me désespèrent... Le fait que mon couloir soit très petit n'arrange rien.

    Un accueil en classe pourrait améliorer les choses, mais, pour l'instant, ce n'est pas d'actualité à l'école.

    Je prend tous les conseils, bons plans ou astuces...

     

    Du bonheur!

     

    J'ai accueilli un élève venant d'une autre école cette année. Il avait été annoncé comme explosif. Les deux premiers jours, j'ai vu en face de moi un enfant qui ne supportait pas la frustration, le regard des autres. Incapable de gérer ses émotions, il se roulait par terre en hurlant et pleurant. Grâce à la classe flexible, il peut s'isoler régulièrement, changer de place sans se justifier, évacuer son trop plein quand il en a besoin.

    Mes loulous sont assez sympas entre eux pour laisser la place quand un élève en besoin le demande. Et les élèves en besoin n'abusent pas non plus. 

    Je trouve ma classe plus "posée" qu'il y a 4 semaines. Je ne répète plus les consignes 5 fois, la mise au travail est rapide et efficace. 

     

    Ma classe respire, c'est une ruche qui bouillonne de vie. Les enfants sont heureux de venir le matin (du moins, j'en ai l'impression) et moi aussi. C'est déjà pas mal!sarcastic

    Pin It

    7 commentaires
  • Ca y est, plus de place attribuée, donc plus de casier associé à un bureau. J'ai pu enlever de nombreuses tables pour les remplacer par d'autres choses.

     

    N'hésitez pas à poser vos questions. Pour l'instant, je continue à avoir des séances en classe entière ou par groupe. Tout est possible avec ce dispositif!


    18 commentaires
  • Pourquoi je ne commencerai pas la classe flexible à la rentrée?

    Cela a été ma cogitation du mois de juillet. Comment vais-je accueillir mes élèves à la rentrée? Assises flexibles, des coins de partout, plus de casier?

    Plus j'y réfléchissais, plus cela me semblait compliqué et ce, pour plusieurs raisons:

     

    A la rentrée, tout le monde doit trouver sa place!

     

    Et oui, ce n'est pas évident la rentée. Les enfants ont des appréhensions, je ne connais pas mes élèves, je ne sais pas qui sera capable de travailler avec qui et quel binôme sera insupportable. 

    Alors forcement, si, le jour de la rentrée, je leur dis "allez, zoouuuuu, on s'installe où l'on veut, mais dans 40 minutes, on change!", je pense que je vais leur faire peur. happy

    Certains enfants ont besoin d'une place attitrée, leur petit morceau de territoire dans ce pays qu'est la classe. Le partage a toujours du bon, mais n'effrayons pas ces enfants qui viennent d'effectuer une année de CP traditionnelle où l'on a passé notre temps à leur demander d'aller s’asseoir à leur place. 

     

     

    A la rentrée on doit instaurer les règles de la classe!

     

    Les règles d'une classe traditionnelle, les enfants les connaissent. J'ai bien dit "les connaissent" et pas les respectent. winktongue

    J'aime instaurer le calme propice au travail et la collaboration AVANT de leur proposer autre chose.

    A la rentrée, on (re)apprend à se déplacer en silence dans le rang (ce n'est JAMAIS gagné, hein? ouch), on (re)apprend à saluer la maîtresse en rentrant, à s'installer en silence et à sortir ses affaires sans que la maîtresse ne soit là pour vérifier. On (re)apprend à faire ses rituels de façon autonome, à attendre son tour, à se mettre en autonomie quand on a fini, à ranger ses affaires correctement.

    Alors oui, tous ses apprentissages sont possibles aussi en classe flexible. Mais la classe flexible est elle-même un apprentissage.

    Pour certains enfants, la liberté qu'offre la classe flexible (que l'on propose du travail au sol, du travail en demi-groupe, du travail par îlot... ) est un ticket ingérable pour eux. Ils courent de place en place, sont totalement indécis et en perdent l'importance de la tâche à réaliser.

    On peut imaginer un placement ultra-guidé pour parer à cela (toi tu t'assois là et tu fais ça!). Sauf que ce n'est pas ma vision de la classe flexible pour le coup... 

    Il vaut donc mieux commencer petit, effectuer un changement de place contrôlé (sous forme d'ateliers d'art visuel, par exemple, où tout le monde va se placer à l'atelier qu'il souhaite réaliser) et débriefer après (Cela vous a plu de changer de place afin d'effectuer chacun une tâche différente? Pourquoi? Est-ce que vous souhaitez travailler encore ainsi?).

    Bref, instaurer un cadre rassurant pour que les élèves se sentent bien et en sécurité.

     

     

    Quelle sera la couleur de ma classe?

     

    Ma classe ne ressemblera sûrement pas à celle de l'année passée. On le sait, toute les promos sont différentes. Peut-être que cette promo ne sera pas du tout encline à travailler en ateliers autonomes, à changer de place régulièrement, à faire des choix raisonnés.

    On ne calibre pas ses élèves pour les adapter à notre vision de la classe flexible, on adapte la classe flexible à eux. Et les choses qui ont échoué ou réussi avec la promo précédente ne fonctionneront peut-être pas de la même façon avec nos nouveaux élèves.

     

     

    Mon angle d'attaque? La patience!

     

    Et bien que la patience ne soit pas mon fort, je vais attendre le bon moment, je vais commencer petit. A la rentrée, tous les enfants de la classe auront un bureau ET une chaise (ou un tabouret). Ils seront installés en îlot (ce qui, pour certains, sera déjà très tentant...).

    Puis, l'après-midi, nous essayerons de faire 10 minutes de lecture plaisir assis ou allongé où l'on veut dans la classe. Bien sûr, ces 10 minutes seront suivi de 20 minutes de "est-ce que vous avez aimé, quelque chose vous a-t-il déranger, comment peut-on améliorer...".

    Et oui, en septembre, il faudra faire beaucoup de bilans au coin regroupement (seul coin qui sera installé dès le premier jour de la rentrée). Analyser ensemble ce qui marche, ce qui ne marche pas, ce qu'on peut apporter comme solution... Parce ce que ce sont dans les moments comme celui-ci que, moi, je construis la classe flexible

    Samy se balance constamment et il peut se faire mal ? --> Introduction de l’élastique et du ballon

    Julie fait trop de bruit en lisant ? --> Introduction du toobaloo et des casques de réflexion

    Tom aimerait s'isoler du groupe pour être plus tranquille? --> Introduction des Z-Tools, porte-document et petites tables individuelle

    Nana se lève sans cesse? --> Introduction des places debout.

    Lucie a besoin d'aide pour réaliser ses exercices? --> Mise en place de la table de travail guidée.

     

    Et ainsi de suite! Tout leur donner de suite, c'est, à mon sens, les noyer sous une tonne d'informations. Mieux vaut donc y aller petit à petit...

     

    Voilà donc pourquoi je ne commencerai pas la classe flexible à la rentrée! Mais SI, ma classe deviendra flexible et évoluera toute l'année!

     

    Et vous quelle sera votre stratégie?

    Pin It

    23 commentaires
  • J'ai décidé, aujourd'hui, de vous raconter la journée d'une de mes élèves, Lilou.

    Lilou est une petite fille qui a beaucoup de copains en classe, elle aime lire, bavarder et est très curieuse. Elle est championne en conjugaison mais rencontre quelques difficultés en mathématiques, surtout en calcul.Lilou a des cahiers impeccables mais, curieusement, a beaucoup de mal à rester assise correctement sur une chaise.Ses affaires sont rangées correctement, même si, parfois, il lui arrive d'enfouir une feuille, sans regarder, dans son casier.

     

    Voici donc la journée de Lilou en classe flexible de CE1:

     

    8h30: La maîtresse vient chercher la classe en bas de l'escalier. Lilou monte en classe, en rang avec son binôme. Elle n'a pas choisit son binôme de rang mais elle s'entend bien avec lui. La maîtresse met ensemble des enfants capables d'échanger.

    En arrivant dans le couloir, juste avant la classe, Lilou pose son pull au porte-manteau et met ses pantoufles (rangées dans un sac plastique accroché au porte-manteau). Puis elle rentre dans la classe en saluant la maîtresse.

    Lilou rejoint sa place à un îlot. Lilou est installée à un îlot de 8 tables, avec des chaises traditionnelles. Certains copains ont déjà rejoint leurs îlots, et sont assis sur des galettes ou des ballons. 

    La journée de Lilou en classe flexible

    Aujourd'hui, c'est lundi. Lilou sait que, tous les lundis, c'est elle qui est chargé d'aller chercher les pots à crayons de tout son îlot. Elle se dépêche car ses camarades attendent leur matériel pour se mettre au travail.

     

    8h40: Lilou a apporté les pots pour son îlot. Elle sort son agenda de son cartable puis accroche son cartable au crochet de sa table. Les devoirs sont au VPI, elle copie rapidement puisqu'elle sait que quand la maîtresse aura fini de faire l'appel, on corrigera les rituels

    Après avoir copier les devoirs et ranger son agenda dans son cartable, Lilou sort sa pochette de rituel. Elle remplit son chaque jour compte et sa tirelire puis corrige avec toute la classe.

     

    8h55: La maîtresse fait la dictée quotidienne. Une phrase dictée sur l'ardoise (ardoise rangée dans le casier de Lilou). Quand tout le monde a écrit sa phrase, Lilou peut aller voir son binôme pour négocier sa dictée. Ils peuvent s'installer où ils veulent dans la classe. 5 minutes plus tard, tout le monde se retrouve au coin regroupement pour la négociation de groupe. Un élève joue le rôle de médiateur au tableau. Les autres sont assis en tailleur et lèvent la main pour être interrogée.

     

    9h10: Lilou jette un coup d’œil au programme inscrit sur le tableau. Ce matin, c'est orthographe/phonologie. Toujours dans le coin regroupement avec son ardoise, elle découvre le son de la semaine et écrit trois mots contenant le son de la semaine en s'aidant de l'image projetée au VPI. Toute la classe met en commun ensuite et discute autour des mots inscrits au tableau pour en dégager une règle.

    La maîtresse demande à chacun de rejoindre sa place et de sortir son cahier de leçons pour y coller le son de la semaine. Lilou sort son cahier de son cartable, colle la leçon distribuée et colorie les diverses graphies.

     

    9h35: Il va falloir faire quelques exercices pour s’entraîner par rapport au son vu. La maîtresse propose de passer en classe flexible. Lilou est contente car le lundi, elle est prioritaire(comme 5 autres camarades), elle va pouvoir choisir en première son spot. Pour elle, cela sera une Z-tool en coin regroupement. Elle a essayé les ballons, mais elle ne se sent pas à l'aise dessus. Lilou prend donc une Z-tool, son cahier de leçon, sa fiche d’exercices et son pot à crayons (contenant crayon, gomme, stylos, règle, colle, velleda et crayons de couleur) et va s'installer dans le coin regroupement. C'est le lieu qui a été défini par la classe pour accueillir les enfants travaillant avec une Z-tool. Lilou est seule, elle a 15 minutes pour faire sa fiche. Si elle a fini avant, elle peut colorier les images présentes dans la fiche de son.

     

    La journée de Lilou en classe flexible

    9h55: Tout le monde range la classe flexible. Lilou range sa Z-tool, son cahier de leçon dans son cartable, sa fiche d'exercice dans la boite "à corriger" et son pot sur sa table. C'est l'heure des "5 au quotidien". Lilou est libre de choisir parmi un des 5 ateliers proposés (mais elle doit tous les faire dans la semaine). Pendant qu'elle s'inscrit en plaçant sa main au tableau, la maîtresse place dans 5 zones de la classe les 5 paniers correspondant aux activités proposées. Lilou a choisi de travailler au centre des mots. Elle va donc sur l'îlot "galettes" et pioche dans le panier une ardoise, des velledas multicolores et une liste de mots. Il y a aussi des plaques aimantées et des lettres aimants, des tampons lettres, des feuilles blanches, des feutres, des crayons. Lilou le sait, si elle apprend sérieusement ses mots, elle aura un tampon "champion d'orthographe" vendredi.

     

    10h15: C'est l'heure de la récréation. Toute la classe range les divers ateliers. On remet ses chaussures, on prend son pull au passage et nous descendons dans la cour.

     

    10h30: Fin de la récréation. Lilou remonte en classe (enlève chaussures et pull). C'est l'heure des mathématiques. La maîtresse a installé (avant de descendre) 5 chaises en éventail devant le TBI.  5 élèves pourront s'y asseoir avec une Z-tool. Il y a aussi 5 plateaux pour travailler au sol et 4 plaquettes. La maîtresse divise la classe en deux (niveau 1, niveau 2) et garde le niveau 1 avec elle. Lilou fait partie du niveau 1 (11 élèves dans ce groupe). Elle décide de travailler sur un plateau. Elle va chercher son pot et s'installe.

    La journée de Lilou en classe flexible

    La maîtresse a décidé de travailler sur les suites numériques. Lilou a des difficultés pour ce type d'exercices. Elle peut utiliser un compteur ou l'immeuble des nombres pour s'aider. La maîtresse a l’œil sur toutes les copies et intervient dès qu'elle repère une difficulté.

     

    11h00: Le timer sonne la fin du travail guidée avec la maîtresse. Lilou va poser sa fiche dans la boite "à corriger" et se dirige dans le fond de la classe. Là, elle récupère son cahier de centre et décide de travailler avec sa copine Nina (elle choisira peut-être Louna, ou Nino la prochaine fois). Ensemble, elles tirent une carte à tache et une carte nombre. Le hasard veut qu'elles utilisent les abaques aujourd'hui. Génial, Lilou adore les abaques! Lilou et Nina choisissent de s'installer sur une table basse. Elles peuvent s'installer où elles veulent, mais loin du coin regroupement où travaille le niveau 2.

    Pendant 30 minutes, Lilou et les 10 autres élèves du niveau 1 vont travailler en parfaite autonomie en numération. Pas question de déranger la maîtresse qui a récupéré les 14 autres élèves de la classe pour faire un travail guidé. Quand Lilou a fini les abaques, elle tire une autre carte et réalise la tâche demandée avec Nina. Si Lilou et Nina ne comprennent pas un travail, elles peuvent demander à un autre binôme de travail ou regarder dans le cahier exemple.

     

    11h25: Le premier timer sonne. C'est signe pour Lilou et ses 10 autres camardes de ranger les activités. On range le matériel de manipulation, on empile les cahiers de centres. 5 minutes plus tard, le deuxième timer sonne. Tout le monde rejoint son bureau.

     

    11h30: La maîtresse distribue les plans de travail de la semaine. Pour la deuxième fois de la matinée, Lilou s'inscrit pour rejoindre le spot qui lui convient. Elle choisit d'aller travailler debout cette fois-ci. Elle prend sa fiche, son pot à crayon et va travailler.

     

    11h50: C'est la fin de la matinée. Lilou range son pot et sa fiche dans la boite à corriger avant d'aller mettre ses chaussures pour aller à la cantine.

     

    13h50: Lilou remonte en classe, accompagnée par un intervenant du périscolaire. Avec ses camarades, elle s'installe pour 15 minutes de lecture plaisir en classe. Elle décide de prendre un tapis de yoga et d'aller s'allonger dans le couloir pour lire. Sauf que dans le couloir, il y a déjà Nina qui est installée sur le pédalier. Lilou est raisonnable, elle préfère revenir en classe et s'allonger au coin regroupement.

     

    14h10: Séance de grammaire sur la nature des mots. La maîtresse met au VPI trois phrases à analyser, pour tout le monde, 5 pour les volontaires. Lilou peut à nouveau choisir le lieu où elle veut travailler. Sauf qu'elle ne peut pas aller travailler debout (elle tournerait le dos au tableau) ou allongée au sol. Pour écrire sur son cahier, Lilou le sait, certains spots sont fermés. Lilou choisit d'aller travailler à l’îlot de la maîtresse. C'est précisément l'îlot où elle est assise dès le matin. Cet îlot est réservé aux élèves qui ont besoin d'aide pendant la classe flexible. Cela rassure parfois Lilou de travailler avec la maîtresse.

     

    14h25: Lilou a terminé les 5 phrases mais le timer accorde encore 10 minutes aux élèves qui en ont besoin pour terminer l'exercice. Lilou décide donc de prendre un atelier et d'aller s’entraîner dans le couloir, pour ne pas déranger ses camarades.

     

    14h35:  Le timer sonne la fin de l'activité. La maîtresse a corrigé les premiers cahiers. Lilou vérifie que son pot est bien rangé à sa place et rejoint le coin regroupement afin d'assister à la correction collective de l'exercice.

     

    14h50: Le lundi, en fin de journée, la classe travaille sur les élevages et la nature. La maîtresse a disposé 8 boites avec des chenilles un peu partout dans la classe. On ne change pas de place. Lilou accepte de prendre une chenille dans sa main pendant que Louna la mesure. elle doit aussi dessiner la chenille, compter les anneaux, examiner les pattes à la loupe... Lilou a accès à trois livres sur les chenilles mais ils sont pris d'assaut. La maîtresse écrit les questions des élèves au VPI mais refuse d'y répondre. Il va falloir trouver les réponses ensemble...

     

    15h40: La maîtresse annonce la fin de la journée. Toute la classe doit être rangée, les papiers ramassés. Lilou récupère les pots de son îlot pour aller les déposer au fond de la classe. Elle ne sera plus responsable ou prioritaire jusqu'à lundi prochaine.

     

    15h50: Sonnerie de fin de cours. Lilou remet ses chaussures, récupère son cartable et se met en rang.

     

     

    Petit interrogation de la maîtresse: Combien de fois Lilou a-elle changé de place dans la journée?

    Pin It

    13 commentaires
  • Voilà plus d'une période que j'ai introduit diverses assises dans ma classe (debout, ballon, galette, élastiques, pupitres au sol, Z-Tool, tapis de yoga, table basse...). Je ressens le besoin de faire un petit bilan de l'évolution de la classe.

     

    Tout le monde a trouvé son spot!

    Dans un premier temps, j'ai laissé tous les élèves faire le tour des diverses assises et un premier bilan de ce qu'ils ressentaient. Très vite, certains élèves ont accepté l'évidence: certaines assises n'étaient pas faites pour eux. Le ballon ne leur convenait pas, la position agenouillée non plus. Mais ils ont tous trouvé LEUR spot, même mon élève TDAH qui adore aller s'isoler seul dans un coin caché avec un plaquette. 

    Avoir trouver son spot, cela ne veut pas dire s'approprier l'endroit personnellement. Chaque enfant continue de s'inscrire à chaque changement d'activité (cf l'article sur le tableau d'affichage) en fonction de ses besoins et de ses envies du moment.

     

    Vers un travail en demi groupe

    Cela fait deux ans que je propose un travail en atelier et plan de travail. Jusqu'ici, j'avais des temps dédiés à ces activités (4 fois 30 minutes par semaine), afin que tout le monde puisse rebrasser les notions vues en classe sous forme de petits jeux. 

    J'ai revu un peu cette organisation, surtout au niveau des mathématiques. Depuis quelques semaines, j'ai séparé ma classe en deux groupe homogène. Un groupe travaille avec moi pour découvrir ou approfondir une notion, tandis que l'autre groupe manipule grâce à des cartes à tâches.

    J'ai actuellement 25 élèves. J'ai fait un groupe de 11 élèves et un de 14 élèves. Il a fallu trouver comment m'organiser en classe pour avoir mes 14 élèves prêt de moi. 

    J'étais partie pour mettre en place le fameux U devant le tableau, celui testé par Maisquefaitlamaitresse et MaitresseAurel. Hors, un U de 14 tables, cela mange carrément l'espace de la classe. Je ne me sentais plus dans ma classe et j'ai donc vite remis mes ilots en place.

     

    J'ai ensuite essayé de recréer un demi cercle d'élèves devant le TBI avec tout le matériel que j'avais (Z-Tool, pupitres, plaquettes...).

    Bilan au bout de trois mois de mise en place

    Le résultat est plutôt pas mal. Idéalement, j'aimerai posséder 15 Z-tool Afin d'organiser mes élèves en vrai demi-cercle (voir 3/4 de cercle).

    Dernière possibilité: Utiliser l’îlot central et quelques Z-Tools pour faire une tablée de 14 élèves. Mais cela reste beaucoup...

     

     

    Une classe, plusieurs modalités de travail possibles:

    C'est cela que j'aime dans cette nouvelle classe, la possibilité de travailler selon plusieurs modalités assez rapidement.

    Mon fonctionnement: première semaine

     

    Les séances traditionnelles: On commence au coin regroupement pour un rappel ou une découverte de la notion. Puis chacun va s'installer à son spot pour son travail individuel. Je m'installe à l'ilot central (marron) et les élèves en difficulté ou qui en ressentent le besoin, viennent chercher de l'aide avec un travail plus guidé (on lit les consignes ensemble, on cherche ensemble, on fait ensemble). Quand tout le monde a fini (ceux qui sont en avance aident leurs binômes, prennent un livre ou travaillent sur un atelier laissé à leur disposition) on corrige ensemble ou on se retrouve en coin regroupement pour faire le point.

     

    Les séances ateliers: J'ai des boites d'ateliers (comme ma boite à multiplication) qui contiennent 6 ou 7 ateliers de manipulation sur une notion. En coin regroupement, je présente les divers ateliers et place un atelier par ilot (+ table basse + table haute + coin regroupement). Chaque élève s'inscrit au tableau vidéo-projeté qui ressemble à cela:

    Bilan au bout de trois mois de mise en place

    Au bout de 10 minutes, on change à nouveau. Tous les enfants travaillent la même notion mais avec des outils différents. Je suis les avancés de chacun grâce à leur carte de suivi d'atelier. Je suis moi-même à un îlot, ce qui me permet d'observer les élèves de de noter les difficultés ou les réussites de chacun. 

     

    Les séances guidées /manipulations: Que j'expérimente en mathématiques et surement en Grammaire/Conjugaison l'année prochaine.

    Cependant, on m'annonce 28 élèves pour l'année prochaine (cry), je pense donc fonctionner avec trois groupes avec des temps de 20 minutes sans compter les rotations. J'aimerai faire un groupe guidé avec moi, un groupe de manipulation en binome avec les cartes autonomes et un groupe sur des ateliers individuels.  J'ai déjà tout ce qu'il faut, il n'y a plus qu'à...

     

    Les 4 au quotidien: Chaque jour, nous faisons 20 minutes d'ateliers ciblant la lecture et l'orthographe. Là encore les enfants s'inscrivent selon leur envie du moment. Il faut, cependant qu'il réalisent les 5 ateliers dans la semaine.

    Côté organisation, elle est fixée depuis le début d'année:

    Le centre des mots se trouve à l’îlot rouge, la fluence (lecture aux autres) à l’îlot marron avec moi, la lecture à soi (plaisir ou rallye) à l’îlot noir ou sur des tapis prêt de la bibliothèque, le coin écoute d'histoires est notre coin regroupement. Le matériel de chaque activité est rangé dans des paniers que les élèvent sortent au moment des activités. (voir la rubrique les 5 au quotidien)

    Pour la petite information, la production d'écrit est gérée par mon collègue.

     

     

    Une réorganisation de mes placard s'impose!

    Pour que tout le monde puisse s'y retrouver, je dois réunir le matériel de mathématiques dans un meuble dédié, celui des 5 au quotidien aussi. Du tri en perspective...

     

    Pin It

    9 commentaires
  • Avec ma collègue Malex, cela fait un moment que l'on s'en parle de cette classe flexible! Elle a donc tout naturellement rejoint le mouvement cette semaine. Voici un aperçu de sa classe.

     

    N'hésitez pas à lui poser des questions!


    5 commentaires
  • Il fallait se douter que ce système aurait aussi ses failles, hein?

    Cela fait 15 jours que mes élèves changent trois à six fois de place dans la journée (plus leur place de référence) et j'ai noté quelques petits problèmes dans mon organisation. Je vous les livre, vous aurez peut-être une astuce ou une autre façon de cogiter...

     

    L'aide aux élèves en difficulté

    J'avais pour habitude de regrouper les élèves en difficulté sur une notion sur un même îlot (de 4 à 8 élèves). Je les avais sous le coude, je pouvais vérifier, aiguiller, conseiller très facilement, laissant les autres avancer à leur rythme sur les exercices proposés.

    Avec la classe flexible, les élèves en difficulté sont éparpillés dans la classe (debout, par terre, assis sur un ballon...) et j'ai du mal à aller tous les voir pour les aider. 

    Pour parer à cela, je leur indique, en début de travail individuel, que je m'installe sur l’îlot central (8 places). Cet îlot est le seul que je n'ai pas transformé. Il reste classique, avec des tables et des chaises. Il est donc totalement déserté par les élèves qui, pour l'instant, sont totalement attirés par les autres positions (comme je les comprends). 

    Du coup, je me retrouve avec des travaux bourrés d'erreurs. Vous me direz, je sais alors vraiment qui a compris la notion ou pas... Mais je ne fais pas avancer mes petits loulous en difficulté...  

     

    J'ai décidé, pour l'instant, de laisser faire. J'explique cependant aux élèves qui se sont trompés qu'ils se sont trompés, pourquoi et je leur suggère de venir travailler avec moi à la séance prochaine. Si je ne vois pas arriver mes petites troupes dans la quinzaine qui arrive, j'ai bien peur de devoir "imposer" mon aide. Je crains qu'ils  ne se sentent privés de leur droit à la classe flexible et qu'ils ne s’engagent plus dans le travail de façon volontaire (j'ai de sacrés petits boudeurs cette année)...

     

     

    Le petit matériel

     

    Chaque élève de ma classe a un pot (crayon gris, stylos bleu, vert, rouge, colle, feutre d'ardoise, gomme, ciseaux) avec du materiel qui lui est propre. Il possède aussi une trousse dans laquelle il range ses feutres et ses crayons de couleurs. Au centre de chaque ilot trône une baquette où l'on range les pots des enfants de l’îlot et un pot en verre contenant un taille-crayon.

    Les enfants emportent leur pot quand ils changent de place. Très vite, nous avons décidé d'ajouter les crayons de couleurs (uniquement les couleurs de base, pas les bleus verts, les violets clairs, mauves foncés... Certains enfants avaient plus de 27 crayons de couleurs....) car je fais beaucoup colorier mes élèves dans leurs travaux.

    Je me suis aperçue qu'ils se levaient régulièrement pour aller à l'îlot le plus proche tailler leur crayon. Ils le font silencieusement mais cela reste quand même une perte de concentration et de temps pour eux et pour ceux qui les entourent. J'ai disposé des taille-crayons sur la table basse, sur la table pour travailler debout mais ceux qui travaillent par terre ne sont jamais à une place fixe.

    J'ai donc de problème de taille-crayons à résoudre. Peut-être en en achetant un par élève (chouette, des dépenses, cela faisait longtemps...)

     

     

    Chaussons ... ou pas?!

     

    Naturellement, les enfants qui utilisent la table basse, comme ils sont sur des coussins, se sont déchaussés. Cela vient d'eux, pas de moi. Mais j'ai trouvé l'idée excellente. On est plus confortable en chaussons (surtout les jours de froid et de pluie, quand les chaussettes sont mouillées...). La classe est aussi plus propre quand les enfants sont en chaussons. Ce qui est plutôt interessant quand un 1/3 des enfants travaillent par terre...

    Cependant, deux choses ont vite freiné mes envies de chaussons: 

    - les élèves qui ne sont toujours pas autonomes face à leurs chaussures (tu peux me faire mes lacets? Tu peux me défaire mes lacets?...)

    - les enfants qui puent des pattons (je ne vous parle pas du petit fumé, je vous parle de l'infection horrible qui vous prend à la gorge).

     

    Sans compter que ce sont trois changements de chaussures/chaussons dans la journée...

    J'ai donc dit aux enfants qu'ils pouvaient apporter une paire de chaussons fermés (pas de claquette, pitiéééé...) uniquement s'ils savaient mettre leurs chaussures seul et rapidement. Je n'impose rien, je vais gérer au fur et à mesure...

     

     

    Mon petit élève avec des troubles du comportement...

    A la base, la classe flexible, je l'ai réfléchi pour lui.

    Impossible pour lui de s'asseoir sur ses fesses plus de 5 minutes, ses affaires sont dispersées par magie dans toute la classe au bout de 30 minutes de classe, il tombe de sa chaise, il a beaucoup du mal à passer à l'écrit, prend beaucoup de place au coin regroupement, même pendant la lecture d'histoire.

    La classe flexible, c'était pour lui donner un peu d'air, un moyen pour lui de changer de position sans que je lui fasse de remarque.

    Et bien, cette classe flexible, cela n'a pas du tout eu l'effet attendu... Mon élève s'est retrouvé avec trop de choix. Le choix de choisir et trop de possibilité. Je l'ai perdu. Il choisit plus sa place en fonction des copains qu'en fonction de ses besoins. (Il a besoin de ses copains, me direz-vous). L'AVS qui l'accompagne 15h par semaine est en arrêt pour encore une semaine, du coup, il ne produit rien à l'écrit. J'ai du le changer plusieurs fois de place car il bavardait plutôt que de se mettre au travail. Il a testé toutes les positions mais dur dur de tirer quelque chose de positif de tout cela.

    Après, nous  sommes au début de cette grande aventure...

     

     

    Comme vous pouvez le lire, beaucoup de ....  La classe flexible appelle le questionnement. Certains collègues de l'école testent aussi des choses, j'essayerai de vous faire un petit topo la-dessus.

    En attendant, si vous avez des astuces, des solutions, je suis preneuse...

     


    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique